+ de 700 vidéos sur le CCNA
  • N°1 de la certification Cisco Francophone
  • + de 8000 abonnés
  • + de 400 000 vidéos vues
Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Classes IP

Adressage Classe IP : L’adresse IP que nous avons utilisée dans le cours précédent fait partie de la classe C.
Il existe 3 types de classes pour les adresses IP :

  • |– La Classe A
  • |– La Classe B
  • |– Et la Classe C

Leurs différences sont le nombre d’hôtes qu’il est possible d’avoir pour son réseau.

|Prenons un Exemple :

Les 3 premiers octets sont la partie “réseau” et le dernier est la partie “hôtes”.

Nous pouvons donc utiliser le dernier octet pour que nos hôtes puissent avoir une adresse IP unique.

Les ordinateurs d’un même réseau, peuvent donc très bien avoir |comme IP, la .2, la .3 et |ainsi de suite…

Comme vous pouvez le voir, | la partie “réseau” est la même.

Par contre, un ordinateur qui porte |l’adresse IP 192.168.2.1 ne sera pas dans le même réseau puisque sa partie « Réseau » est différente.

Admettons qu’un ordinateur veuille envoyer un paquet à destination d’un autre réseau ? Que se passera-t-il ?

Pour savoir, c’est très simple, si vous utilisez Windows, il suffit d’ouvrir l’invite de commande en tapant « CMD » du menu « démarrer » et d’utiliser |la commande « IPCONFIG » pour afficher les informations IP du PC.

Dans l’exemple, on voit que mon PC est dans |le réseau « 192.168.1 ». S’il veut envoyer quelque chose à un autre réseau, alors il utilisera sa passerelle par défaut.

Ici, il s’agit de l’adresse | « 192.168.1.254 », qui correspond à mon routeur Freebox.

Revenons aux détails des différentes Classes.

Si vous utilisez un réseau de |classe A, alors vous pourrez avoir BEAUCOUP d’hôtes dans chaque réseau que vous créez.

Si vous utilisez une |classe B, vous pourrez créer plus de réseaux, mais moins d’hôtes par réseau.

Et avec la |classe C, vous pourrez construire BEAUCOUP de réseaux, mais avec seulement quelques hôtes dans chaque réseau.

Juste avant, je vous disais que l’adresse 192.168.1.1 faisait partit d’une classe C. Mais comment le savoir ?

Et bien dans une adresse de :

  • |Classe A, le premier bit doit toujours être 0.
  • |En classe B, les 2 premiers bits doivent toujours être 10.
  • |Et en Classe C, les 3 premiers bits doivent toujours être 110.

Donc, si vous calculez ceci du binaire en décimal, cela signifie que la plage d’adresse de la :

  • |classe A commence par 4 fois 0.
  • |En classe B elle commence par 128.3 fois 0.
  • |Et en classe C, elle commence par 192.3fois0.

Et donc la plage exacte pour la :

  • |classe A, va jusqu’à 126.3fois 255.
  • |191.3fois255, pour la classe B
  • |Et 223.3fois255, pour la classe C

Si on regarde bien les différentes plages d’adresses des classes IP, on s’aperçoit qu’il manque le sous-réseau |127.0.0.0.

Il n’est pas dans la classe A…

Si sur votre PC, vous fait un ping de cette adresse-là, vous obtenez logiquement une réponse.

Ce réseau est utilisé comme une adresse de Loopback.

Il s’agit d’une adresse de bouclage, permettant de vérifier si la pile TCP/IP de l’équipement fonctionne correctement.

Pour revenir aux plages IP, on s’aperçoit que la classe C s’arrête à |223.3fois 255

Et bien, c’est parce qu’en réalité il existe une classe D…

Les adresses IP de la classe D ne sont pas utilisées pour les attribuer à des ordinateurs… Elles sont utilisées pour faire du multicast.

Elles vont de| 224.3fois0 à 239.3fois255.

IP “privées” et “publiques”.

Maintenant, on va voir la différence entre les adresses IP “privées” et “publiques”.

  • |Les adresses IP publiques sont utilisées sur Internet.
  • |Et les adresses IP privées sont utilisées sur votre réseau local et ne peuvent pas être utilisées sur Internet, car elles ne sont pas routables !

Les plages d’adresses IP privées vont de :

  • |10.3fois0 à 10.3fois 255 pour la Classe A.
  • |De 172.16.2 fois0 à 172.31.2 fois 255 pour la Classe B.
  • |Et de 192.168.2 fois 0 à 192.168.2 fois 255 pour la Classe C.

L’adresse IP 192.168.1.1, qu’on se sert d’exemple depuis le début de la leçon, |tombe dans la classe C et il s’agit d’une adresse IP privée.

|Elle n’est pas routable sur Internet.

Il reste une dernière chose à voir sur les adresses IP.

Dans le réseau, il y a 2 adresses IP que nous ne pouvons pas utiliser.

  • |– Il y’a l’adresse réseau.
  • |– Et l’adresse de broadcast.

L’adresse réseau ne peut pas être utilisée sur un ordinateur en tant qu’adresse IP, car elle est utilisée pour “définir” le réseau.

Et l’adresse de broadcast ne peut pas non plus être attribuée à un ordinateur, car un broadcast est un paquet IP qui sera reçu par tous les appareils de votre réseau.

Nous allons voir maintenant, comment reconnaître ces deux adresses IP que nous ne pouvons pas utiliser ?

On va prendre comme exemple notre adresse IP de| classe C


Nous devons regarder le dernier octet qui est utilisé pour les hôtes. Si nous mettons |tous les bits à « 0 » dans notre partie “hôte”, nous avons | cette adresse réseau:

La 192.168.1.0 est l’adresse réseau, et il est donc impossible de l’attribuer pour un PC.

Et si nous mettons| tous les bits à 1, cela nous donne |l’adresse de broadcast.

La 192.168.1.255 n’est pas non plus utilisable pour un PC.

Pour résumer :

  • Mettre tous les bits de l’hôte à 0 vous donne l’adresse réseau.
  • Et passer tous les bits de l’hôte à 1 vous donne l’adresse de broadcast.
  • Et ces 2 adresses IP ne sont pas utilisables pour les ordinateurs.

Système Binaire

Avant de commencer le routage, il est important de comprendre l’adressage IP.

On va commencer par voir les bases du calcul binaire !

Dans le système binaire, nous travaillons uniquement avec des 0 et des 1.

  • 0 se traduit par « Off »
  • Et 1 par « on »

|Le bit à l’extrême gauche est appelé le bit le plus significatif, car il a la valeur la plus élevée.

Et |le bit à l’extrême droite est appelé le moins significatif, car il a la valeur la plus faible.

On va voir comment convertir des nombres décimaux en binaire !

Par exemple, si on veut convertir le chiffre décimal « 0 » en binaire,cela signifie que nous laissons tous les bits sur «off», donc à « 0 »

|Maintenant, prenons le chiffre 192.

En partant de la gauche, on va voir les bits qui correspondent à ce nombre.

128 est plus petit que 192, |on va donc le prendre et lui mettre un « 1 ».

On enlève donc 128 à 192, et il nous reste à trouver 64. |C’est le chiffre juste d’après, on le passe aussi à « 1 » !

|La conversion du chiffre 192 en binaire est donc 2 « 1 » suivi de 6 « 0 »

|128 + 64 est bien égale à 192 !

|Prenons maintenant comme exemple, le chiffre 168.

En partant toujours de la gauche, |on tag le bit 128.
Il nous reste donc 40.
|Comme 64 est plus grand que 40, on ne le prend pas.
|Par contre on va prendre le bit d’a coter, le 32.

|Il nous reste plus qu’a passé le bit numéro « 8 » à 1 |et nous avons notre conversion !
|128+32+8 est égale à 168

|Si nous voulons convertir le chiffre 1 en binaire, et bien rien de plus simple, |car le « 1 » match qu’avec le bit le plus à droite !

|Une adresse IP que l’on retrouve très régulièrement en réseau est la 192.168.0.1

Et bien nous pouvons la convertir désormais très facilement en binaire !

|Un petit dernier pour la route ! Le chiffre 255.


|Ici on prend tous les bits, ce qui donne 255 !

Le chiffre 255 est le chiffre le plus grand qu’on peut avoir avec 8 bits !

|Comme vous pouvez le voir, chaque fois que l’on ajoute un bit, la valeur décimale double.

C’est ce qu’on appelle des «puissances de 2».

On va maintenant parler des adresses IP :

|Une adresse IP c’est une valeur numérique que l’on configure sur chaque périphérique d’un réseau.

Par exemple :

  • un ordinateur,
  • un serveur,
  • mais aussi des routeurs,
  • des firewalls,
  • et des switchs !

Il permet d’ identifier chaque appareil avec un numéro «unique».

Les périphériques du même sous-réseau IP peuvent communiquer sans utiliser de routeur.

|L’ adresse IP est composée de 32 bits, |divisés en 4 «blocs» de 8 bits. Ce qui donne bien 32 bits au total !

Subnetting Décimal

Nous avons vu qu’en empruntant un bit, cela nous permettait de doubler la valeur décimale ! Il s’agit de la règle des «puissances de 2».

On va maintenant voir une méthode, qui permet de calculer des sous-réseaux sans forcément passer par le binaire.

Cette méthode est basée sur un chiffre que l’on obtient avec l’addition des 8 bits.

Ce qui nous donne 255 !

Mais comme il faut aussi compter le « zéro » alors notre chiffre de base sera |256 !

C’est ce chiffre qui va nous permettre de calculer facilement n’importe quel sous-réseau.

On va reprendre comme exemple|, le réseau 192.168.1.0 avec un masque en |3 fois 255 .0 qu’on veut diviser en deux.

On prend donc le bloc de |256 et on le divise simplement en 2.

Nous avons maintenant 2 sous-réseaux pour notre adresse IP de classe C !

Alors tout ça est bien beau, mais maintenant, on voudrait connaitre :

  • |-L’adresse réseau
  • |-L’adresse de broadcast
  • |-le nouveau masque de sous réseau
  • |-les adresses IP qu’on peut utiliser

|Et tout ça, pour les deux sous-réseaux !

Pour l’adresse réseau, on va s’appuyer sur nos 2 blocs de 128 !

On commence par |la première IP, la 192.168.1.0 sera notre adresse réseau pour notre 1er sous-réseau, et la |.128 pour notre deuxième sous-réseau !

Pour l’adresse de broadcast, nous savons que c’est la dernière adresse d’un sous-réseau.

Pour le 1er sous-réseau ce sera donc la| 192.168.1.127, et la |.255 pour le second sous-réseau !

Ensuite pour connaitre le masque de sous-réseau on va soustraire 256, qui est la base de notre méthode, par 128 !

Ce qui donne |un masque de 3 fois 255.128

Et pour finir, on peut en déduire les adresses IP utilisables !

La première adresse IP qu’on peut attribuer à un hôte est celle qui vient après| l’adresse réseau !

Et la dernière IP est simplement| l’avant-dernière, c’est-à-dire juste avant l’adresse de broadcast !

C’est tout de même plus rapide qu’en décimale ! Alors maintenant vous êtes plutôt Binaire ou Décimal 😊 ?

📘Guide IT💻+ 1 cours gratuit sur le réseau informatique

La Voie Express vers ses objectifs professionnels