L’adresse IP donnent aux appareils sur les réseaux IP, leur propre identité afin qu’ils puissent se retrouver.

Chaque paquet traversant les réseaux TCP/IP est renvoyé à une adresse IP qui identifie l’appareil qui l’a envoyé, mais qui contient également des informations permettant de le router avec succès là où il doit aller.

Définition de l’adresse IP

Une adresse IP est un numéro utilisé pour désigner tout appareil connecté à un réseau sur lequel le protocole Internet est utilisé comme moyen de communication.


La Voie Express vers la Certification IT



Rejoingnez le CLUB IT

🎁Et recevez en Bonus :

  • ▶Le Guide de la certification IT
  • ▶Et le parcours "CCNA FAST"

« IP » signifie « Internet Protocol ».

Internet protocol

Il a été développé dans les années 1970 et est la pierre angulaire de la suite de protocoles Internet, qui définit tout ce qui concerne la manière dont les appareils sur Internet échangent des informations.

L’adresse IP est, à son tour, l’une des pierres angulaires du protocole internet.

Les informations sont transmises sur le réseau en morceaux discrets appelés paquets ; chaque paquet est principalement composé des données que l’expéditeur essaie de communiquer, mais il comprend également une en-tête, constitué de métadonnées sur ce paquet.

Parmi les autres données stockées dans l’en-tête du paquet figurent l’adresse IP de l’appareil qui a envoyé le paquet, et l’adresse IP de l’appareil vers lequel le paquet est dirigé.

Les routeurs et autres infrastructures de réseau utilisent ces informations pour s’assurer que les paquets arrivent bien là où ils sont censés aller.

DNS : faire correspondre les noms de domaine aux adresses IP

De nombreux ordinateurs (mais pas tous) connectés à Internet ont également des adresses lisibles par l’homme, qui peuvent inclure des mots et sont connus sous le terme de noms de domaine, tels que formip.com, par exemple.

Data Center

Le système de noms de domaine, ou DNS, est un autre élément de la suite de protocoles Internet, et il permet de s’assurer que les demandes faites à l’aide de noms de domaine atteignent la bonne adresse IP.

On peut considérer que le DNS représente une couche plus accessible à l’utilisateur, au-dessus de l’infrastructure d’adresses IP.

Toutefois, l’adresse IP reste le moyen fondamental de trouver les appareils connectés à Internet et, dans certaines circonstances, un nom de domaine peut correspondre à plusieurs serveurs ayant des adresses IP différentes.

Versions d’adresses IP : IPv4 et IPv6

Il existe deux versions des adresses IP :

 IPv4
 et IPv6.

Elles ont des formats différents, la principale différence entre elles étant qu’il est possible de créer beaucoup plus d’adresses IPv6 uniques (2128) que d’adresses IPv4 (232).

Cela est dû au format qu’elles utilisent.

Ipv4

Les adresses IPv4 sont écrites en quatre parties séparées par des points comme celui-ci :

21.201.85.4

Chaque partie écrite en chiffres conventionnels de base 10 représente un nombre binaire de huit bits, de 0 à 255.

Chacun de ces quatre nombres séparés par des points est écrit en notation décimale standard.

Mais les ordinateurs traitent fondamentalement des nombres en binaire, en utilisant seulement des zéros et des uns.

Chacun des nombres d’une adresse IPv4 représente un nombre binaire de 8 bits, ce qui signifie qu’aucun d’entre eux ne peut être supérieur à 255 (111111 en binaire).

Il est fort probable que vous ayez déjà vu des adresses IP comme celle-ci depuis qu’elles existent, c’est-à-dire depuis 1983.

Ipv6

La nouvelle version du protocole, IPv6, remplace lentement IPv4, et ses adresses ressemblent à ceci :

2620:bb:8487:1e82:544c:cc2e:c2fa:5a9d

Notez qu’au lieu de quatre chiffres, il y en a huit, et qu’ils sont séparés par deux petit-points plutôt que par des simples points.

Et oui, ce sont tous des chiffres.

Il y a des lettres dedans parce que les adresses IPv6 sont écrites en notation hexadécimale (Base 16), ce qui signifie que 16 symboles différents sont nécessaires pour représenter de manière unique les numéros 1 à 16 de la base 10.

Ceux qui sont utilisés sont les chiffres 0-9, plus les lettres A-F.

Chacun de ces nombres représente un nombre binaire de 16 bits.

Qu’est-ce que l’IPv6 ?

Les adresses IPv4 sont des numéros de 32 bits, et le nombre total d’adresses possibles de cette longueur est de 232, soit environ 4,3 milliards.

Ce nombre semblait important au début d’Internet, mais il a commencé à se profiler comme une crise potentielle à mesure que les appareils connectés au net se multipliaient.

Les adresses IPv6 sont des nombres de 128 bits, ce qui signifie qu’il y a 2128 adresses possibles, un nombre que nous ne nous donnerons pas la peine d’écrire parce qu’il comporte 39 chiffres, mais qui s’appelle 340 undecillions !!!!

C’est l’inquiétude de voir les adresses IPv4 s’épuiser qui a motivé le développement d’IPv6.

Mais en pratique, les adresses IPv4 sont encore largement utilisées, et ne sont pas si difficiles à obtenir.

Cela est lié à la manière dont les adresses IP sont attribuées aux appareils connectés au réseau, et à la manière dont les réseaux privés peuvent être créés avec leur propre ensemble restreint d’adresses IP, comme nous le verrons dans les deux sections suivantes.

Comment les adresses IP sont-elles attribuées ?

Comme le dit l’International Assigned Numbers Authority (IANA) : « les adresses IPv4 et IPv6 sont généralement attribuées de manière hiérarchique », et l’IANA est au sommet de la hiérarchie.

RIR

L’IANA attribue des blocs d’adresses IP aux registres Internet régionaux (vous pouvez voir ici quelles plages d’adresses correspondent à quelles régions).

Les registres régionaux attribuent à leur tour des blocs plus petits aux registres nationaux, et ainsi de suite, les blocs étant finalement attribués à des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) individuels qui, dans ce contexte, comprennent les sociétés de téléphonie mobile.

Ce sont les FAI qui attribuent des adresses IP spécifiques aux différents appareils, et il existe plusieurs façons de le faire.

Adresses IP statiques ou dynamiques « DHCP »

Une adresse IP statique est une adresse qui a été attribuée par un FAI à un appareil et qui est assurée de rester constante.

binaire

Si l’adresse de votre ordinateur est 21.201.85.4, elle restera ainsi aussi longtemps que vous le souhaitez.

Les adresses IP statiques sont importantes pour les appareils qui doivent être faciles à trouver sur Internet, comme les serveurs web ou les serveurs de jeux.

En règle générale, un fournisseur d’accès Internet facture un supplément à ses clients pour une adresse IP statique attribuée.

Du point de vue du FAI, qui a un nombre limité d’adresses IPv4 à distribuer, l’un des inconvénients de la location d’une adresse statique est que l’adresse n’est pas accessible à d’autres personnes.

Mais l’immense majorité des utilisateurs finaux n’ont besoin d’une adresse que lorsqu’ils accèdent réellement à Internet.

Pour ces utilisateurs, les fournisseurs d’accès Internet attribuent des adresses IP dynamiques, en distribuant une nouvelle adresse à un appareil à chaque fois qu’il se connecte au réseau, et en replaçant cette adresse dans un groupe d’adresses disponibles lorsque l’appareil se déconnecte.

Cette technique permet de conserver les adresses IP.

Si un FAI a un million de clients, mais que la moitié seulement est en ligne à un moment donné, il n’a pas besoin d’un million d’adresses dans sa réserve d’adresses.

Salle serveur

Pour les réseaux IPv4, le processus d’attribution dynamique des adresses IP est régi par le protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), qui, entre autres choses, automatise la plupart du processus et garantit qu’aucun appareil ne se voit attribuer la même adresse en même temps.

IPv6 a été conçu pour prendre en charge l’autoconfiguration des adresses IP sans état (SLAAC), dans laquelle un dispositif saisit lui-même une adresse du stock disponible lorsqu’il se connecte au réseau.

Cependant, il existe également le DHCPv6, une version mise à jour du protocole DHCP, qui permet aux fournisseurs de réseaux de garder un contrôle accru.

Adresses IP publiques et privées

Jusqu’à présent, nous avons parlé d’adresses IP et de leur épuisement potentiel comme s’il n’y avait qu’un seul ensemble d’adresses pour toute la planète, sans répétition.

Internet serveur

Mais ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, ce n’est probablement pas vrai pour la plupart des appareils que vous utilisez au quotidien, et les 4,3 milliards d’adresses IPv4 ne sont pas toutes disponibles pour les appareils connectés au public.

Un réseau domestique ou d’entreprise typique se connecte à l’internet public via un routeur, et c’est ce routeur qui se voit attribuer une adresse IP par le FAI. Du point de vue du monde extérieur, tout le trafic provenant des appareils de ce réseau local provient de cette adresse IP publique ; mais à l’intérieur du réseau, chaque appareil (y compris le routeur) possède une adresse IP locale privée, généralement attribuée par le routeur via DHCP.

Ces adresses sont considérées comme privées car elles ne servent qu’à diriger les paquets à l’intérieur du réseau local privé, et ne peuvent être vues par personne en dehors du réseau.

Par conséquent, la même adresse IP peut être utilisée sur un nombre infini de réseaux privés sans causer de confusion.

En fait, il existe des blocs d’adresses IP spécifiquement réservés à l’utilisation sur ces réseaux privés.

Pour les petits réseaux domestiques, les adresses commençant par 192.168 sont assez courantes.

Le travail du routeur consiste à modifier les adresses IP d’origine et de destination dans les en-têtes de chaque paquet selon les besoins lorsqu’il passe entre le réseau privé et l’internet public, un processus connu sous le nom de traduction d’adresse réseau, ou NAT.

Il existe plusieurs méthodes pour ce faire.

Une méthode courante consiste à associer chaque périphérique du réseau interne à un port réseau qui est répertorié dans l’en-tête du paquet.

Ces informations sur le port déterminent les destinations finales des paquets entrants, qui ont tous été adressés à l’adresse IP publique attribuée au routeur.

Cette discussion est spécifique aux adresses IPv4, et l’essor des réseaux locaux a joué un rôle important dans la prévention d’une pénurie totale d’adresses IPv4, même si les dispositifs connectés au réseau se multiplient dans chaque foyer.

Les adresses IPv6, en revanche, sont si nombreuses qu’on suppose que ce type de réseaux privés sera inutile après l’adoption universelle de l’IPv6.

Toutefois, si vous souhaitez mettre en place un réseau IPv6 interne privé, qui se connecte à Internet via IPv4, il existe également des plages d’adresses IPv6 privées que vous pouvez utiliser.

Sous-réseau et masques de sous-réseau

Les adresses IP sont hiérarchiques.

admin

En général, les chiffres de gauche vous indiquent sur quel réseau se trouve l’appareil ayant cette adresse IP, tandis que les chiffres de droite identifient l’appareil spécifique.

Toutefois, le protocole Internet ne définit pas où se trouve la ligne de séparation ; en outre, certains des bits d’une adresse peuvent être utilisés pour identifier un sous-réseau ou un sous-réseau.

Les routeurs déterminent les parties d’une adresse IP qui se réfèrent aux réseaux, sous-réseaux et appareils en utilisant un masque de sous-réseau.

Dans IPv4, un masque de réseau est un nombre de 8 bits comme une adresse IP standard, mais avec tous ses uns à gauche et tous ses zéros à droite.

En substance, la ligne de séparation entre les uns et les zéros définit la division au sein d’une adresse IP dans l’espace d’adressage auquel le masque de sous-réseau se réfère.

Le principe de base est ici assez détaillé et implique des opérations binaires au niveau des bits (Microsoft en fait une bonne explication ici).

Sur IPv6, le sous-réseau est beaucoup plus simple, et consiste principalement à découper les adresses en chiffres pour indiquer une série d’adresses sous-réseautées.

Il est important de garder à l’esprit que les informations sur le sous-réseau ne sont pas contenues dans les en-têtes de paquets ou connues des appareils source et destination.

Elles sont plutôt utilisées par les routeurs et autres infrastructures qui utilisent les adresses IP pour déterminer comment délivrer les paquets aux bons appareils, sur les bons réseaux physiques.

Grâce au sous-réseau, par exemple, un administrateur de réseau pourrait prendre un bloc séquentiel d’adresses IP et les distribuer sur trois sous-réseaux physiques distincts.

Le paquet n’a pas besoin de connaître ces sous-réseaux : le routeur utilisera ses tables de recherche pour déterminer où envoyer le paquet le moment venu.

Quelle est mon adresse IP ?

Comme vous lisez ceci sur un appareil en réseau, vous vous demandez peut-être quelle est votre propre adresse IP.

Il existe de nombreux sites web, comme par exemple whatismyipaddress.com, pour en choisir un évident qui vous vous donnera votre adresse, ce qui est assez facile puisque chaque paquet réseau que vous envoyez sur Internet contient cette information.

Toutefois, si, comme la plupart des gens, votre appareil est connecté à un réseau local, le résultat que vous obtiendrez de ces sites est l’adresse IP publique attribuée à votre routeur.

Masquer votre adresse IP avec un VPN

Votre adresse IP peut révéler beaucoup de choses sur vous.

nordvpn

Elle indiquera à quiconque votre situation géographique approximative, par exemple, et il y a de nombreuses raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir masquer cela.

L’une des façons de le faire est d’utiliser un réseau privé virtuel, ou VPN.

Un service VPN peut établir un tunnel crypté sur l’internet public entre votre appareil et un réseau privé hébergé par le fournisseur VPN.

C’est un peu comme si vous vous connectiez à votre réseau domestique, sauf que le routeur du réseau peut se trouver à l’autre bout du monde.

Pour les sites externes, votre adresse IP sera celle attribuée à votre hébergeur VPN.

Les adresses IP n’offrent peut-être pas beaucoup de protection de la vie privée, mais les VPN offrent un moyen astucieux de contourner ce problème.

Les tunnels VPN peuvent également être créés à partir de l’appareil d’origine et se terminer sur l’appareil de destination si chacun est équipé d’un logiciel VPN compatible.

De nombreuses entreprises prennent en charge les passerelles VPN, qui créent des tunnels entre elles et les appareils distants équipés d’un logiciel VPN compatible.

.

Retrouver de nombreuses vidéos de cours sur la chaine Youtube Formip

Suivez le parcours CCNA sur le site Formip