+ de 700 vidéos sur le CCNA
  • N°1 de la certification Cisco Francophone
  • + de 8000 abonnés
  • + de 400 000 vidéos vues

Fonction de routeur

Fonctionnement routeur : Les routeurs ont deux fonctions importantes :

  • |Tout d’abord, ils doivent déterminer le chemin ou transférer les paquets, grâce à leur table de routage. 

Chaque routeur conserve |sa propre table de routage en local. Cette table contient la liste de toutes les destinations qu’il connait, ainsi que la façon de les joindre. 

Lorsqu’un routeur reçoit un paquet, il vérifie l’adresse IP de destination et recherche la meilleure correspondance dans cette table. 

Cela peut être une route qui lui est directement connectée, ou bien l’IP de l’interface d’un autre routeur pour joindre la destination.

Si aucune entrée n’existe, pour le réseau de destination alors il sera routé vers la route par défaut !

Et si aucune route par défaut n’est configurée sur le routeur, alors le paquet sera dropé. C’est-à-dire supprimé !

  • La deuxième fonction importante du routeur est| le routage des paquets: 

Après avoir trouvé une correspondance vers le réseau de destination, le paquet sera transmis vers une interface réseau.

Comme le montre cette topologie, chaque ligne de la table de routage répertorie un réseau de destination et l’interface qui permet de joindre ce réseau.

Si le réseau de destination est identique à l’une de ces interfaces, alors il sera considéré comme « directement connecté ».

Par exemple, si le routeur 1 reçoit un paquet sur| son interface série 0/0/0, à destination du réseau| 10.4.0.0, alors le paquet sera routé directement vers l’interface |Fast Ethernet 0/1 !

Quand le paquet traverse un routeur, on dit qu’il fait un |saut.

Par exemple, si le routeur 1 reçoit un paquet sur son interface Fast Ethernet 0/1, à destination du| réseau 10.3.0.0. Alors, dans ce cas, il doit transférer le paquet vers l’interface du| routeur 2 qui porte l’IP 10.1.0.1. Ensuite le routeur 2 se chargera lui-même de livrer le paquet.

Ce qui sera très facile pour lui, puisque |le réseau de destination lui est directement connecté !

|Les routeurs prennent en charge trois mécanismes pour la transmission de paquets:

  • |On a le Process Switching: qui est le mécanisme d’acheminement de paquet le plus ancien. 
    Chaque paquet nécessite une recherche dans la table de routage, ce qui provoque d’énormes latences. 
    Aujourd’hui, il n’est plus trop utilisé.
    Du moins dans les réseaux récents.
  • |On a le Fast Switching : qui permet d’améliorer les latences du mécanisme précédent.
    Ici, les routeurs utilisent un cache pour stocker les destinations les plus récentes. 
    Le premier paquet dont la destination n’est pas trouvée dans le cache, il sera commuté par l’ancien mécanisme, et une entrée sera créée dans le cache. 
    Les paquets suivants auront une commutation plus rapide, car leurs destinations seront enregistrées dans le cache et le processeur n’aura pas besoin de travailler pour trouver le chemin.
  • |Et le dernier mécanisme est le Cisco Express Forwarding: qui est le mode, le plus récent et le plus répandu.

Il intègre à lui-même, le meilleur, des mécanismes précédents. 

Ici, chaque modification apportée au réseau déclenche une mise à jour des entrées du cache. C’est-à-dire, que lorsque quelque chose change dans la topologie du réseau, la modification se reflète immédiatement dans le cache. 

Tous les paquets sont commutés à l’aide du cache, et même le 1er paquet ! C’est donc le mécanisme de transfert le plus rapide !

Table de routage

|Une table de routage contient la liste de tous les réseaux connus du routeur ainsi que la façon de les joindre. 

Chaque ligne de la table de routage répertorie un réseau de destination ainsi que l’interface ou l’adresse IP qui permet de l’atteindre !

Dans une table de routage on peut trouver différents types d’entrées :

  • |on à celle qui sont directement connectés au réseau : tous les réseaux appartenant au routeur sont automatiquement ajoutés à la table de routage. Il s’agit d’un réseau, dont l’une des interfaces du routeur fait partit.
  • |On a des routes Static : ce sont des entrées configurées manuellement sur le routeur. Ça peut être efficace pour de petits réseaux, ou il n’ya pas d’énorme modification.
    Par contre, si la topologie du réseau change régulièrement, ça risque d’être très contraignant à l’administrateur réseau, car il devra modifier manuellement l’ensemble des routes statiques sur chaque routeur !
  • |Nous avons des routes par défaut : si aucune entrée de la table de routage ne correspond au réseau de destination du paquet, alors il sera redirigé automatiquement vers la route par défaut ! Ça évite que le paquet tourne en rond, le temps qu’il soit détruit automatiquement par son| TTL.
    Le TTL est une donnée placée au niveau de l’en-tête du paquet IP qui indique le nombre maximal de routeurs de transit.Si ce chiffre arrive à zéro, alors le paquet sera détruit.
  • |Et on a des routes Dynamic  : le routeur peut apprendre les routes automatiquement, lorsqu’un protocole de routage est configuré et qu’une relation de voisinage avec d’autres routeurs est établie. Très utile sur les grands réseaux, ou il y’a de nombreuses modifications.

|Et voici à quoi ressemble une table de routage d’un routeur !


La commande| « show IP route » permet de l’afficher !

|La première partie de cette sortie explique les codes associés aux entrées de la table de routage.

  • |La lettre C: est réservée aux réseaux directement connectés
  • |La lettre L: est réservée aux itinéraires locaux et indique les interfaces locales dans les réseaux qui lui sont directement connectés
  • |La lettre S est pour les routes statiques; 
  • |Le petit astérisque indique une route par défaut. Dans cet exemple, la route par défaut est une route statique.
  • |La lettre R: est réservée au protocole de routage RIP
  • |La lettre O: pour OSPF
  • |Et la lettre D: pour le protocole de routage EIGRP