Démarrage d’un switch – Installation du switch

Démarrage d’un switch – Installation du switch

Démarrage d’un switch

Installation du switch

Sur cette photo de switch, sur le devant, on a 24 ports en Ethernet, qui sert à connecter des équipements, et 2 ports en gigabit Ethernet pour l’interconnecté à un routeur ou à  un autre switch. Derrière, en général, on retrouve le port console pour pouvoir l’administrer et la fiche électrique permettant de l’alimenter.

Démarrage d’un switch – Installation du switch

Installation du switch

 

Détail LED Switche

La majorité des switches commence leur processus de démarrage dès qu’on lui connecte l’alimentation, il faut s’assurer que le câble de la console est connecté et que le programme du terminal fonctionne avant de le brancher électriquement pour la première mise en route. Cela permet de surveiller le processus de démarrage. Quand il démarre, l’ensemble des LED’s se mettent à clignoter  et une série de tests s’exécutent automatiquement pour assurer son bon fonctionnement. On dit que le switch rentre en état de POST qui signifie « Power-on self test ».

Le  POST est la première étape de déploiement d’un commutateur.

Les LED du switch fournissent des informations sur le statut et le dépannage. Quand le switche fonctionne normalement, les LED sont allumés en vert, et en cas de dysfonctionnement, les LED sont de couleur orange.

Sur cette photo qui représente un switche Catalyst 3750 on peut voir six LED à gauche, une LED sur chaque port, et un bouton «  mode ».

Détail LED Switche

État LED

  • La LED en A  informe l’état général du système.
    Si elle est éteinte, le switch n’est pas sous tension.
    Si elle est verte, il est sous tension et opérationnel. Le logiciel Cisco IOS a bien été chargé.
    Et si elle est orange le processus POST a échoué et le logiciel IOS n’a pas été chargé.
  •  B informe l’état de la seconde alimentation qui sert pour la redondance du switch.
  • La LED en C informe de l’état général du port
  •  D correspond au mode duplex, si allumé, il est en full-duplex et si éteint, il est en half-duplex
  •  E, correspond la vitesse du port. Si éteint c’est du 10 Mb/s, si vert fixe, c’est du 100Mb/s et si verts clignotants c’est du 1Gb/s.
  • La LED en F informe de l’état PoE du système. Certain switch ont des ports autoalimentés, très utile par exemple pour alimenté des téléphones IP : PoE signifie Power over Ethernet
  • Le bouton en G permet d’obtenir des informations  sur l’état du switch, notamment en combinaison avec les LED’s :STAT, DUPLX, et SPEED.

Mais la plupart des utilisateurs l’utilisent plutôt pour faire une récupération de mots de passe en le maintenant appuyé pendant 10 secondes.

  • Et les LED en H ont plusieurs significations en fonction de la configuration du port en question.

Parmi toutes ces LED, Le voyant à regarder en priorité est la LED SYSTEM, celle qui porte la lettre A.

 

Connexion du switche via le port de console

Contrairement à un ordinateur, les switchs Cisco ne disposent pas de clavier, souris et moniteur pour le configurer.
Lors de son premier démarrage, il faut le configurer à partir d’un PC qui sera connecté directement sur son port console.

Comme matériel il faut :
-Un Câble console qui est simplement un adaptateur RJ-45- en-DB-9.
-Il faut aussi un PC qui dispose d’un port série
-Et un logiciel de communication, comme HyperTerminal, configuré avec des paramètres bien spécifiques:

Une vitesse à 9600, 8 bits de données, aucune parité, le paramètre arrêt bit réglé à 1 et pas de contrôle de débit.

Les ordinateurs récents et les pc portables ainsi même que les tablettes n’incluent pas systématiquement un port série. Il faut avoir recourt à un adaptateur du type USB-en port série .

Sur les nouveaux équipements, une connexion directement en usb est disponible.

22Connexion du switche via le port de console

Lorsqu’une connexion à la console est établie, on accède par défaut au mode utilisateur. Pour commencer la configuration, il faut rentrer en mode privilégié en utilisant la commande ‘enable’ .

Commande « Show » de base de L’IOS

Une fois connecté, il est possible de vérifier l’état du logiciel et du matériel en utilisant plusieurs commandes de type « Show » à exécuter en mode privilège.

Commandes « Show Interface »

La commande show interfaces affiche des informations sur les interfaces réseau du switch. Le résultat de cette commande varie selon la configuration du port. Habituellement, on utilise cette commande suivie du type d’interfaces et de son emplacement comme dans l’exemple : show interfaces fastethernet 0/1

Commande « Show » de base de L’IOS
Cette commande sort de nombreuses informations sur le port. Ici on voit que fastethernet0/1 est up et aussi lineprotocol, ce qui signifie que le port fonctionne correctement. On voit aussi son adresse mac, et qu’il est configuré en full-duplex avec un débit de 100 Mb/s. On peut très bien le configuré en Half duplex avec une vitesse de 10 Mb/s par exemple.

Commande « Show version »

La commande  « show version »  permet de vérifier plusieurs points intéressants comme :
Notamment la version de l’ios, dans cet exemple il s’agit de ios release 15.0 SE3. Lors d’un appel au support, cette info sera toujours demandée.

On y voit aussi le « switch Uptime », qui indique le temps de fonctionnement depuis son dernier démarrage. Pratique pour savoir si le switch a été redémarrée. Ici , on voit qu’il  a été redémarrer il y’a 15 heures et 30 minutes.

On a aussi la ligne system image qui indique la révision de l’IOS qui a été charger au démarrage

Commande « Show version »

Commande « show running-config »

Commande « show running-config »

Commande « show running-config »

La commande « show running-config » affiche le fichier de configuration complet du switch. On peut y trouver beaucoup d’information comme l’adresse IP, le masque de sous réseau et la passerelle par défaut.

Logiciel Cisco IOS

Ethernet

wikipedia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.