Skip to content

La blockchain : voici tout ce que vous devez comprendre sur cette technologie.

blockchain

Cette publication est également disponible en : ENGLISH

4.5
(2)

Tout savoir sur la blockchain

La blockchain est sans doute l’une des plateformes d’échanges les plus révolutionnaires de ces dernières décennies. Elle sert aujourd’hui de socle à l’utilisation de toutes les monnaies virtuelles et participe à leur essor sur toute la planète bien que ces dernières étaient encore sujettes à des controverses.

Chaque année, la légitimité de la technologie s’accroît et les nombreuses grandes entreprises qui l’utilisent ne font que renforcer ce fait. La blockchain a prouvé qu’elle pouvait être utile dans des domaines qui sortent de la finance au point même de devenir  incontournable. Mais concrètement, qu’est-ce que la blockchain ? Quel est son fonctionnement ? Quelle est son utilité ? Des réponses et bien plus encore dans cet article.

Quelles sont les origines de la blockchain ?

La technologie de la blockchain, bien que jeune, a connu l’un des succès les plus fulgurants de ses dernières années. En effet, il faut savoir que ses origines remontent en 2009 et prennent racine lors d’une transaction de Bitcoin entre deux hommes. Le premier, Hal Finley est un simple informaticien alors que la véritable identité du second, un dénommé Satochi Nakamoto, reste inconnue à ce jour. Cela se déroulait à une époque où nul n’avait encore connaissance de l’existence des cryptomonnaies.

Un an plus tard, un autre programmeur du nom de Laszlo Hanycez commande deux pizzas en utilisant le bitcoin pour régler sa transaction. Cela lui avait coûté autour de 60 $ et donc 10 000 bitcoins à l’époque. Avec cette quantité, aujourd’hui, il aurait pu se permettre d’acheter toute une franchise puisque le montant s’élèverait au-dessus des 80 millions de dollars.

Ces deux transactions ont fondé les bases de l’utilisation du bitcoin comme monnaie d’échange. Il faut savoir que juste après Laszlo, ce sont plus de 100 000 commerçants qui ont reconnu et accepté le bitcoin ce qui a participé à lui donner plus de crédibilité. Si ces opérations ont permis de promouvoir la cryptomonnaie, la blockchain, quant à elle, va connaître sa mise en lumière grâce à IBM. En effet, en 2016, le géant de la technologie décide de mettre en place une stratégie de chaîne de blocs pour proposer ses services de cloud. Ce fait marquant a permis de renforcer la confiance d’autres organisations pour la blockchain et pour les cryptomonnaies.

Qu'est-ce que la blockchain ?

Parmi toutes les définitions utilisées pour expliquer ce qu’est la blockchain, celle de Jean-Paul Delahaye semble être la plus simple à comprendre. Il la compare à un très grand cahier que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. Autrement dit, la blockchain est une technologie de stockage constituée de blocs de données cryptées permettant de réaliser diverses transactions et transferts en toute sécurité et sans qu’il n’y ait besoin d’intermédiaire.

À chaque fois qu’une opération est effectuée sur la blockchain, cette dernière laisse une trace immuable. Cela permet à la blockchain de conserver un enchaînement de données selon leur date et leur chronologie. Ainsi, quelle que soit la période durant laquelle elles sont effectuées, le réseau de la blockchain conserve chaque opération ce qui permet à n’importe qui de les consulter sans jamais pouvoir les modifier.

Sur la base d’un protocole décentralisé, la blockchain autorise chaque transaction qui demeure définitivement accessible. En ce qui concerne la transparence des opérations, malgré le manque d’intermédiaire, notez que ce facteur est assuré par des entités qui vérifient et valident chacune d’elles à tout moment. Il existe donc plusieurs types de blockchain basés chacun sur des consensus différents.

Quels sont les protocoles liés à la blockchain ?

Une blockchain fonctionne suivant des protocoles précis qui induisent la validation des opérations sur le réseau. Ce sont eux que l’on appelle les consensus Proof of work et proof of stake.

Le Consensus « Proof of Work » (PoW)

Le protocole <Proof of Work> ou preuve de travail sur la blockchain se base sur le travail de mineurs qui s’occupent de valider les transactions pour compléter la chaîne de blocs de données. Ces mineurs disposent d’ordinateurs puissants qui leur permettent de résoudre des problèmes mathématiques très complexes. C’est la résolution de ses derniers qui permet la validation de la transaction effectuée sur le réseau.

À noter : À chaque problème résolu, ils reçoivent une récompense généralement sous forme de monnaie virtuelle. Pour être mineur, il faut disposer d’un ordinateur puissant afin de pouvoir valider le plus d’opérations possible et de gagner toujours plus de récompenses. Dans le fonctionnement de la blockchain, le rôle des mineurs est primordial, car ce sont eux qui ajoutent de nouveaux blocs sur la chaîne en validant les opérations. Plus il y a de mineurs sur une blockchain plus celle-ci sera sécurisé.

Le consensus « Proof of Stake » (PoS)

Le consensus proof of stake est très différent du précédent, car il n’est plus question de résolution de problèmes mathématiques ou de besoin d’un matériel informatique. Ici, ceux qui s’occupent de la validation des opérations sont appelés des forgeurs. Ces derniers accumulent une grande quantité de tokens correspondant à une crypto échangé sur la blockchain.

C’est comme cela qu’ils aident à la validation des transactions et à la sécurisation des opérations sur le réseau. Pour chaque réseau, la quantité de tokens à avoir peut être différente et chaque forgeur en accumule selon son attachement à la sécurisation de chaque réseau. C’est la raison pour laquelle le protocole est nommé Proof of Stake ou Preuve d’enjeux.

Il existe une quantité de monnaie électronique minimum que chaque forgeur doit pouvoir accumuler avant de participer à la validation des blocs et recevoir une récompense. Pour chaque transaction, la sélection des forgeurs pour la validation s’opère de façon automatique grâce à un algorithme.

Quels sont les éléments indispensables au fonctionnement d'une blockchain ?

Pour bien assimiler le fonctionnement de la blockchain, il est important de cerner les notions de blocs et de variateurs.

Blocs

Si on doit imaginer une représentation de la blockchain, elle serait semblable à un enchevêtrement de plusieurs chaînes de blocs de données correspondant chacun à des opérations. Lorsqu’un nouveau bloc est créé sur le réseau, un nombre entier de 32bits (une nonce) est généré automatiquement et aléatoirement pour lui donner sa signature numérique. Le nonce transforme le bloc en un code à plusieurs zéros afin que l’on puisse la reconnaître et la retrouver. Ce procédé est appelé le hachage. Autrement dit, le nonce est responsable du hachage d’un bloc et permet ainsi le stockage de ce dernier.

Validateurs

Ce sont eux qui créent de nouveaux blocs sur le réseau soit en tant que mineurs soit en tant que forgeurs. Comme nous l’avons expliqué plus haut, tout va dépendre du type de consensus utilisé sur la blockchain.

Par ailleurs, il est important de noter que dans le cas des mineurs, c’est la réponse à l’équation complexe qui représente le nonce qui va entraîner le hachage. Avec les milliards de combinaisons possibles, vous comprenez maintenant pourquoi il est indispensable d’être équipé d’un ordinateur surpuissant pour résoudre ce calcul. Aussi, plus ils seront nombreux, plus il sera possible d’effectuer des transactions plus rapides sur le réseau.

Smart contracts

Les smarts contracts ou contrats intelligents, sont des protocoles informatiques chargés d’exécuter automatiquement des actions. Ils se contentent juste de vérifier et d’exécuter des protocoles prédéfinis sur la blockchain sous la forme de contrats. C’est à travers les smarts contracts que sont exécutées les différentes opérations sur la blockchain.

À noter : Le smart contract regroupe un certain nombre de conditions entre plusieurs parties et programme sur la blockchain. Lorsque toutes sont réunies, le contrat est exécuté immédiatement sans qu’il n’y ait besoin de validation.

Blockchain : les actifs numériques

Il ne serait bien évidemment pas possible de séparer la blockchain des actifs numériques, car les deux sont intrinsèquement liés. Ces derniers sont à la blockchain ce que l’argent ou les devises représentent pour les banques. Les actifs numériques les plus connus étant les cryptomonnaies et les NFT.

Les cryptomonnaies

Les transferts de cryptomonnaies sont sans doute les transactions financières les plus effectuées sur les blockchains. Ceux-ci représentent des monnaies électroniques utilisées comme moyens de paiement dans plusieurs secteurs. Notez qu’il existe plusieurs types de cryptomonnaies dont :

 Chacun d’eux peut être utilisé pour effectuer un grand nombre de transactions en échanges de biens ou de services dans le monde virtuel comme dans le monde réel. La blockchain est le grand registre dans lequel toutes ces transactions sont répertoriées et sécurisées de manière décentralisée.

À noter : À ce jour, on compte plus de 6 000 cryptomonnaies différentes pour une capitalisation boursière totale estimé à plus d’un milliard de dollars. La technologie de la blockchain facilite la réalisation de transactions rapides et sécurisées de cryptomonnaies. Pour ce type de transactions, le risque de falsification est quasiment nul car pour chaque monnaie, il existe un numéro unique et propre à chaque portefeuille numérique.

Tous les jours, ce sont des millions de personnes qui effectuent des transactions de devises numériques sur la blockchain.

Aussi, puisqu’il n’y a pas d’intermédiaire, les transactions peuvent être effectuées depuis n’importe quel endroit dans le monde de manière très rapide. Il n’y a pas de banque pour étudier les transferts ou pour juger de leur pertinence, ce qui réduit les frais de  transaction. La technologie de la blockchain permet d’éliminer les frontières et fait de cryptomonnaies un moyen d’échange accessible à tous.

Par ailleurs, il faut noter que contrairement aux devises classiques comme le dollar ou l’euro, la valeur des cryptomonnaies peut connaître de grosses évolutions dans le temps. Nombreux sont les spéculateurs qui sont devenus millionnaires ou milliardaires en investissant sur ces monnaies. L’idée de faire des cryptomonnaies un mode de paiement standard et reconnu par tous émergent de plus en plus chez de nombreuses grosses sociétés et dans certains pays.

Les NFT

Les NFT sont une tendance beaucoup plus récente que les cryptomonnaies et connaissent eux aussi un succès fulgurant depuis quelques années. Avant de fournir des explications claires de ce qu’elles sont, il est important de faire un petit tour dans l’histoire.

En 2013 un développeur du nom de Vitalik Buterin, rédige un livre blanc dans lequel il présente le projet Ethereum. Cette dernière est une plateforme usant de la technologie de la blockchain pour permettre aux développeurs de créer des programmes informatiques capables de communiquer sur le réseau. En quelque sorte, il s’agit d’une blockchain qui devait leur permettre de créer plusieurs types d’actifs numériques sous la forme de token ou de jeton.

Il pouvait s’agir de fichiers audios, de dossiers médicaux, de propriétés virtuelles ou encore de contrats. C’est le début de l’ère des NFT ou Jetons Non-fongibles. Les NFT sont donc des jetons avec la particularité de stocker des fichiers numériques. Musique, vidéos, art, n’importe quel type de contenu peut être sous la forme de NFT. Le secteur de l’art est sans doute celui qui a le plus été impacté par l’avènement des jetons non-fongibles.

Chaque NFT est unique en son genre et induplicables ce qui facilite la vérification et l’authentification des actifs numériques derrière. Pour ceux qui créent des contenus numériques, les NFT permettent de proposer des œuvres de caractère uniques et dont une seule personne peut avoir la possession. Ils peuvent créer et vendre des œuvres sans intermédiaire et sans risque de falsification grâce à la technologie de la blockchain. Chaque artiste peut donc bénéficier de 100 % des bénéfices de ses créations.

Quels sont les applications possibles de la blockchain ?

Si le succès de la blockchain a été aussi rapide, c’est essentiellement à cause de ses nombreuses applications possibles dans divers domaines. Que ce soit dans le secteur de la communication, des assurances, de la sécurité ou du partage des données, nombreuses sont les sociétés ayant déjà trouvé comment exploiter la blockchain pour améliorer leurs activités.

Par exemple, la blockchain pourrait permettre de faciliter le suivi des opérations financières en entreprise et de permettre de conserver indéfiniment une trace de chacune d’elles. Ainsi, elle pourrait permettre de lutter contre la fraude sous toutes ses formes. De même, la blockchain pourrait permettre le transfert en toute sécurité de résultats d’analyse par un médecin à son patient ou celui de dossier médical. Cela va grandement réduire les défilés dans les centres de santé et permettre de gagner du temps aussi bien pour le médecin que pour le patient. Pour les patients ne pouvant pas se déplacer, cette alternative pourrait être indispensable.

Aussi, les NFT pourraient permettre de lever tout doute sur la propriété des droits musicaux, de contenus literies ou d’œuvres d’artistes. Les contrefaçons vont considérablement diminuer avec ce système.

À noter : Enfin, notez qu’au vu de la fiabilité de la blockchain, mais surtout du système de smart contracts, de nombreux produits et écosystèmes sont en plein développement pour tirer le maximum possible de ses technologies. L’arrivée prochaine de la metaverse et l’utilisation des nfts dans les jeux vidéo pourraient devenir la grande révolution dans les années à venir. Pour de nombreux experts, la blockchain pourrait bientôt devenir une technologie incontournable dans de nombreux domaines surtout celui de la finance.

Quelles sont les limites de la blockchain ?

La technologie de la blockchain est en tout point révolutionnaire, et cela, tout le monde l’a bien compris. Cependant, cela ne l’empêche pas d’avoir quelques limites. Le tout premier et non des moindres, c’est l’investissement. Notez que pour vous intéresser à la technologie ou pour en profiter, vous devrez réaliser un investissement considérable en temps ou en argent. Outre celles énumérées dans cet article, la blockchain renvoie à des milliers d’autres notions importantes selon les divers domaines. Vous aurez besoin de temps pour également bien assimiler tous les rouages de la technologie.

Attention : Pour ceux qui souhaitent se lancer dans le minage de cryptomonnaies, vous devez vous attendre à voir vos factures d’électricité grimper en flèche. Le protocole Proof of Work requiert une puissance de calcul importante et donc une quantité colossale d’énergie utilisée par un ordinateur lui aussi très puissant. De même pour ceux qui souhaitent devenir forgeurs, il va falloir être prêt à investir des sommes importantes pour accumuler assez de cryptomonnaies et recevoir assez de récompenses.

Par ailleurs, la nature décentralisée de la technologie de la blockchain présente un problème important. En effet, lorsqu’une transaction de cryptomonnaies rencontre un problème, il n’est pas possible de contacter un quelconque centre d’appel pour se plaindre. Chaque utilisateur est 100 % responsable de ses opérations et il n’y a pas de retour possible en cas d’erreur.

Aussi, vous devez savoir que comme dans tout domaine où il y a échanges financiers ou de données, les arnaques ne manquent pas. Les pirates informatiques dans le domaine sont nombreux avec de fausses offres ou de faux services qu’ils utilisent pour vider les portefeuilles électroniques.

Parlant de portefeuille, l’on pourrait noter le problème lié à leur conservation. Ils peuvent facilement se perdre sans que vous ne puissiez les retrouver comme cela s’est déjà produit avec des milliers d’utilisateurs. Vous devez donc rester vigilant et bien choisir le porte-monnaie virtuel sur lequel déposer vos cryptos  Autrement, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise.

À noter : Pour finir, notez que l’anonymat des transactions garanties par la blockchain facilite l’opération de transactions illégales et participe au blanchiment d’argent. Cela fait partie des limites qui continuent de miner la confiance envers ces monnaies différentes.

Que retenir ?

En conclusion, retenez que la blockchain est une technologie permettant des transactions d’actifs numériques en toute sécurité et sans intermédiaire. L’actif numérique en question peut être une crypto-monnaie comme le bitcoin ou un NFT. Les origines de la technologie remontent en 2009 et il lui aura fallu moins de 10 ans pour se faire connaître un peu partout sur la planète.

À noter : L’évolution de la technologie de la blockchain pourrait permettre d’étendre ses possibilités vers tous les secteurs du numérique et en dehors. D’ici quelques années, elle pourrait révolutionner votre façon de consommer de la musique, des vidéos, des jeux et de l’art. Cependant, la blockchain reste une technologie financière qu’il est important d’appréhender avec une certaine réserve à cause de ses limites.

Newsletter IT "Hebdomadaire"

Recevez gratuitement dès votre inscription à ma Newsletter hebdomadaire :

  • La formation 100% en ligne « Devenir un Expert IT certifié », d’une valeur de 79€
  • Le guide pour tout comprendre sur la certification IT
  • Tous mes meilleurs conseils pour atteindre vos objectifs PRO

Cet article était-il utile ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de votes : 2

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à évaluer cet article !

Comme vous avez trouvé ce post utile...

Suivez-nous sur les médias sociaux !

Nous sommes désolés que ce post n'ait pas été utile pour vous !

Laissez-nous améliorer ce poste !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cet article ?

Cette publication est également disponible en : ENGLISH

Sommaire

Catégorie
Partagez

AJOUTER UN COMMENTAIRE

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POURSUIVEZ VOTRE LECTURE