Communication Peer-to-Peer

Dans l’expression communication peer to peer, le mot « Peer » se traduit en français par « Pairs ». Ce terme signifie l’égal d’une personne. Et dans le domaine de l’informatique, ça se traduit par l’égal d’un objet !

En d’autres termes, chaque couche doit pouvoir communiquer avec son égal de l’autre côté.

Pendant le processus de communication entre 2 périphériques, les protocoles de chaque couche s’échangent des paquets. Ces paquets d’informations s’appellent PDU,  

 À chaque étape du processus, une PDU porte un nom différent d’une couche à une autre.

Nous allons voir ensemble les différents termes qui sont utilisés dans le réseau. Ces termes sont à connaitre par cœur, car on va les utiliser tout au long de la formation.

  • Le terme Data est utilisé dans la couche d’application
  • Le terme Segment est pour La PDU de la couche transport
  • Paquet: pour La PDU de la couche Internet
  • Et Framepour  La PDU de la couche : liaison

Pour examiner les différentes PDU d’une communication peer to peer, on peut utiliser un programme d’analyse de paquets, comme le fameux logiciel Wireshark, qui est gratuit et open source. Il est beaucoup utilisé, car très utile, pour le dépannage du réseau.

 

Encapsulation et décapsulation

Maintenant, on va parler d’encapsulation et de décapsulation.

Les informations transmises sur un réseau sont encapsulées à l’envoi et décapsulées à la réception. On peut comparer cela aux poupées russes.

Pour donner une image, c’est comme ci on ouvrait un très grand cadeau dans lequel il y’a une boite. Et à l’intérieur de cette boite, il y’a encore une plus petite boite, et ce, jusqu’à ce qu’on n’arrive à son cadeau.

Encapsulation

L’encapsulation fonctionne de manière similaire dans les modèles OSI et TCP/IP .

Les données utilisateur sont envoyées d’une application à la couche d’application.

La couche transport ajoute son entête de couche 4 aux données et la transmet à la couche Internet.

Cette dernière, ajoute sa propre entête de couche 3 et transmet les données à la couche en dessous, qui est la couche link, qui se traduit en français par liaison de données.

Et la couche link ajoute à son tour, son entête de couche 2, et finalise le tout avec un champ qui se nomme FCS pour détecter si les données sont erronées.

Décapsulation

Et la décapsulation c’est l’effet inverse ! Lors de la réception du message, le protocole travaille de bas en haut.
Le processus d’encapsulation est donc inversé à l’hôte qui reçoit les données.

La couche Link vérifie le champ FCS pour voir s’il n’y a pas d’erreurs dans les données.
Si les données ne sont pas bonnes, elle demandera une retransmission. Et si les données sont bonnes, l’entête sera analysé par la couche 2 et les données restantes seront transmises à la couche Internet.

Ensuite le processus de décapsulations reste identique aux couches suivantes.

Share This