+ de 700 vidéos sur le CCNA
  • N°1 de la certification Cisco Francophone
  • + de 8000 abonnés
  • + de 400 000 vidéos vues

Les solutions de contournement de l’adresse IPv4

Préfixe IPv6: L’IPv4 permet de fournir environ 4 milliards d’adresses IP.

Alors même si ça peut paraitre énorme, ce n’est pas suffisant pour suivre la croissance d’internet.

Pour prolonger sa durée de vie, avant de migrer vers l’IPv6, plusieurs mécanismes ont été créés:

  • |On a le CIDR, qui permet d’économiser les adresses IP, grâce à une meilleure distribution. En + il facilite grandement le routage
  • |ensuite, on a le VLSM,  qui est une technique pour mieux gérer les adresses IP, tout comme le CIDR.

En fait, le VLSM, on peut le voir, comme une extension du CIDR.

La différence c’est que le CIDR est plus utilisé au niveau d’internet et le VLSM est plutôt utilisé à l’intérieur d’un réseau, c’est-à-dire un réseau local.

En général, il trouve sa place, sur les petits segments réseau, comme les liaisons point à point !

  • |Et on le NAT, qui permet à tout équipement d’un réseau privé,donc non routable, d’accéder à internet en utilisant une seule adresse IP publique.

Et comme ça, des milliers de systèmes peuvent se cacher derrière quelques IP’s publics.

|Ses 3 solutions ne font que retarder l’épuisement des adresses IPv4.

Mais ça n’empêchera pas que l’IPv6 remplacera un jour complètement l’IPv4 !

D’ailleurs, de nombreuses entreprises ont déjà commencé cette migration. Par exemple les fournisseurs d’accès à internet.

Si vous regardez sur votre box , à la maison, vous devriez avoir une option pour activer l’IPV6, si elle n’est pas activée par défaut !

Caractéristiques IPv6

|Une adresse IPv4 est codée sur 32 bits, ce qui correspond |à un peu plus de 4 milliards d’adresses IP.
|Et une adresse IPv6 est sur 128 bits.

C’est tellement énorme, |que ça équivaut à un nombre illimité puisque pour saturer le système, il faudrait placer plus de 667 millions de milliards d’appareils connectés à internet, sur chaque millimètre carré de la terre…

Cette fois-ci, l’ipv6 aura du mal à être épuisé… À moins de coloniser une nouvelle planète ! par exemple Mars 😊

Avantages IPv6

L’IPv6 à plusieurs fonctionnalités qui le rendent très intéressant :

Parmi ces nombreux avantages on à :

  • |Bien évidemment, et c’est pour ça qu’il a été créé, un espace d’ adressage beaucoup plus grand:
    Rien que ça, ça améliore pas mal de choses. : |Comme une meilleure accessibilité et flexibilité.
  • |Une meilleure agrégation des préfixes IP, qui sont annoncés dans les tables de routage. Ce qui permet de limiter leurs nombres.
    Les routeurs seront donc plus efficaces et + évolutifs !
  • |Ça permet de faire du Multihoming, qui donne la possibilité d’être connectés à plusieurs fournisseurs d’accès à Internet, dans le but d’améliorer la connexion.
  • |Elle offre la possibilité de faire de l’autoconfiguration.
  • |L’Option “plug-and-play” est plus étendue
  • |Et elle dispose de mécanismes simplifiés, qui permettent d’abréger les adresses IPv6.

Car on ne va pas se le cacher, elles sont comme très longue ces adresses !

  • |Comme autres avantages, en IPv6, c’est que les entêtes sont simplifiés : ce qui rend le traitement des paquets IP plus rapide et plus efficace pour les routeurs.
  • |On y gagne aussi, en sécurité et en mobilité, ce qu’on n’avait pas en IPv4…

Par exemple l’ IPsec est obligatoire dans l’IPv6, ce qui rend internet beaucoup plus sécurisé. 

L’IPsec permet d’assurer des communications privées et protégées sur des réseaux IP. Pour ça, il utilise des algorithmes qui permettent de transporter les données en toute sécurité !

  • |Le dernier avantage, qu’on pourrait lui trouver, c’est sa souplesse de Transition de l’IPv4 vers IPv6.

C’est-à-dire la facilité de migrer de l’ipv4 en IPv6, tout en douceur.

Pour ça, il existe plusieurs protocoles, et aussi une solution qui s’appelle le |dual-stack qui permet une migration vers l’ipv6, très facilement, tout en étant compatible à 100% avec l’ipv4.

Adresses IPv6

|Les adresses IPv6 sont représentées sous la forme d’une série de huit champs hexadécimaux de 16 bits séparés par deux petits points, comme vous pouvez le voir ici.

Ce qui est beaucoup plus long qu’en IPv4

Heureusement il y’a plusieurs mécanismes qui permettent de raccourcir ces adresses…

|Par exemple, les premiers zéros d’un champ sont facultatifs.

« 010F » peut être s’écrire « 10F », et un champ qui contient quatre 0, peut être écrit qu’avec un seul « 0 » !

|Voici l’adresse simplifiée avec ce mécanisme !

|Et ce n’est pas fini, il est aussi possible, de regrouper une série de « 0 » par deux petits points.

Alors ce procéder ne peut être fait qu’une seule fois dans l’adresse !

|Et voici, notre adresse IPv6, raccourcis !

C’est tout de même beaucoup mieux lisible ?

Types d’adresses IPv6

L’IPv6 prend en charge trois types d’adresses, en fonction de son utilisation.

  • |On a les adresses Unicast, |qui sont utilisées pour les connexions point à point.
  • |On a le Multicast: qui identifie un groupe d’interfaces. |Le trafic d’une adresse multicast est destiné à plusieurs destinations en même temps.
  • |Et on a le type Anycast, qui sont des |adresses virtuelles qui pointent vers une ou plusieurs adresses physiques 

|Contrairement à l’IPv4, les broadcast, qui envoie du trafic |à tous les périphériques du même réseau, |n’existent plus en IPv6 ! elle a été remplacée par une adresse multicast, spécifique à une application !

IPv6 : Paramètres et préfixes

|On a vu qu’une adresse IPv6 est longue de |128 bits, et se compose de huit champs de |16 bits, chacun, qui sont délimités par deux-points (:).

Chaque champ contient un nombre au format hexadécimal.

Dans cet exemple, pour cette adresse, |les trois premiers champs contiennent le préfixe du site. C’est-à-dire le réseau qui est donné pour l’entreprise par le fournisseur !

|Le champ suivant est l’ID de sous-réseau, c’est ce qui est défini par l’admin réseau. Il s’agit de la topologie privée, c’est ce qui est interne au site.

|Et les quatre champs les plus à droite,est l’ID d’interface qui est :

  • soit configuré automatiquement à partir de l’adresse MAC de l’interface,
  • ou soit configurée manuellement |au format EUI-64
    que nous détaillerons plus en détail dans la suite du cours.

Pour + de clarté, |on peut abrégé notre adresse!

|0cd7, devient cd7. On lui a enlevé le 1er zéro.
|0018 devient 18.
Et la série de 0 |dans les deux champs ont été remplacée par deux petits points.

Le préfixe de notre adresse, c’est-à-dire les 3 premiers champs, est utilisé pour le routage de paquets. Il s’agit de l’adresse réseau !

|Un préfixe IPv6 s’écrit de cette façon :

Comme en IPv4, |la notation CIDR est utilisée.

C’est-à-dire avec un slash à la fin de l’adresse, suivi de la longueur du préfixe en bits.

Le préfixe de site de notre adresse fait |48 bits, il s’agit des 3 premiers champs.

Ceux qui sont situés, les plus à gauche.

|L’adresse réseau en IPv6 peut donc s’écrire de cette façon, avec la notation CIDR.

Et pour une meilleure visibilité, |on peut compresser les zéros pour les remplacer par deux petits points !

Maintenant si on veut inclure, en plus, | le sous-réseau interne qui fait 16 bits, et bien le préfixe de |sous-réseau s’écrirait de cette façon :

Les 64 bits du préfixe de sous-réseau se décomposent| :

  • de 48 bits pour le préfixe de site
  • et de 16 bits pour l’ID de sous réseau.