+ de 700 vidéos sur le CCNA
  • N°1 de la certification Cisco Francophone
  • + de 8000 abonnés
  • + de 400 000 vidéos vues

Dans ce cours, nous allons parler des périphériques de stockage.

Un ordinateur possède essentiellement deux types de mémoire :

  On à la mémoire principale
 et la mémoire secondaire.

La mémoire principale est temporaire, on en reparlera plus tard dans le cours.

Et la mémoire secondaire est permanente, c’est ce qui concerne le disque dur.

Le disque dur est un boîtier fermé qui contient des disques magnétiques. Ces disques sont l’endroit où les données sont réellement stockées.

Ils peuvent tourner à des vitesses très élevées et c’est le bras de l’actionneur qui écrit ou lis les données du disque.

Ces disques magnétiques peuvent tourner à des vitesses de :

  5 400
 7 200
 ou 10 000 tr / min.

Aujourd’hui, le disque le plus fréquemment utilisé sur un ordinateur de bureau fonctionne à 7 200 tr / min.

Les disques qui tournent à 5 400 tr / min sont moins chère et on les voient plutôt sur les ordinateurs portable.

Et les disques dure haut de gamme tournent à 10 000 tr / min.

Ils sont donc plus chers et pas trop utilisé, car les SSD vont encore plus vite !

On dit que les disques durs sont « non volatils » car ils peuvent conserver et stocker des données, alors qu’ils ne sont pas alimentés !

Les disques durs utilisent aujourd’hui l’interface « Serial ATA ».

Sur l’image nous avons 2 types de disque dure :

 Le SATA
 Et le IDE

On peut très facilement les identifiés à l’aide de leurs connectiques.

Voici un branchement IDE :

Et voici le branchement SATA :

Le disque dur en IDE permet un transfert d’environ 10Mo/s, alors que le disque dure en SATA permet d’atteindre environ 35Mo/s. Je dit « environ » car c’est suivant les normes.

Cette multiplication par trois était une révolution quand les SATA sont sortis. Mais aujourd’hui, les SSD permettent une vitesse de transfert bien supérieur, C’est à dire environ 150Mo/s.

L’avantage d’un disque avec une connectivité en SATA, c’est qu’on peut les remplacer à chaud, et que les câbles sont bien plus petit… Ce qui facilite leurs manipulations.

L’autre type de périphérique de stockage, que l’on va parler, est le disque SSD « Solid State Drive ».

Ces disques ont le grand avantage de ne pas avoir de mécanique à l’intérieurs. C’est-à-dire que les composants sont fixe, car ils utilisent des puces de mémoire flash pour stocker les données, et comme il n’y a pas de pièces mobiles, et bien le transfert de données est bien plus rapide.

Il existe également des lecteurs qui combinent à la fois des disques magnétiques et de mémoire flash. C’est ce qu’on appelle des disques hybrides.

Les disques de stockage hybrides profitent de la grande capacité et du faible coût des disques magnétiques, avec la vitesse d’un SSD.

Dans un lecteur hybride, les disques magnétiques sont utilisés pour stocker des données, tandis que la mémoire flash est utilisée pour la mise en cache des données.

Ce type de disque, est plutôt utilisé quand le budget est un problème, car les disques SSD sont beaucoup plus chers que les disques durs magnétiques.

On vient de voir des types de disque que l’on stocke à l’intérieur d’un ordinateur. Il existe aussi des disques amovibles, qui permettent de les transporté très facilement, car ils se connecte à l’extérieurs de l’ordinateur.

Ça peut être, par exemple :

  Des clés USB
  Des disques dure ou SSD externe
  Ou bien même le bon vieux lecteur à bande, qui permet de faire de la sauvegarde.

By Photograph: Robert Jacek Tomczak – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=94360

Le lecteur de bande est un moyen peu coûteux de sauvegarder les données de votre disque dur.

Il se connecte à un ordinateur, généralement avec un câble USB, puis les données sont sauvegardées séquentiellement sur bande.

Ce qui signifie, que si vous devez restaurer les données, et bien il faudra le faire dans le même ordre que vous les avez sauvegardées.

Ces types de stockage « amovible », que nous venons de voir, sont à la fois pratique et portable car ils ne sont pas stockés en interne dans un ordinateur.

On va maintenant passer aux lecteurs de CD-ROM, qui sont devenus un composant standard dans les ordinateurs d’aujourd’hui, mais plus pour très longtemps.

Il s’agit d’un appareil qui lit les données d’un CD-ROM, (Compact Disc Read Only Memory), qui est un disque qui stocke des données permanentes.

Le mot « CD-ROM » se traduit littéralement par « disque compact dont la mémoire est à lecture seule », ce qui signifie que les données ne peuvent être que lues et ne peuvent pas être modifiées ou écrites.

Tandis que le « CD-RW » (Compact Disc ReWritable) signifie disque « compact réinscriptible ».

Un lecteur de CD-RW peut modifier ou écrire des données sur un CD.

La différence avec un lecteur de CDROM, c’est que celui-ci possède un ensemble de laser mobile, qui lui permet de graver les données sur un CD.

Il existe deux types de CD différents sur lesquels il est possible d’écrire:

  Il y’a le CD-R, qui représente un CD enregistrable
  Et le CD-RW, qui signifie un CD réinscriptible.

Le CD-R ne peut être gravé qu’une seule fois, mais un CD-RW permet de réécrire les données plusieurs fois.

Les CD-ROM contiennent environ 700 mégaoctets de données.

Passons maintenant au lecteur de DVD-ROM, qui est un appareil qui lit les disques DVD.

Le lecteur de DVD a largement remplacé les lecteurs de CD-ROM, tout simplement car ils ont une plus grande capacité de stockage.

Et oui, un DVD peut stocker environ 4,7 Go de données.

Et en plus, tous les lecteurs de DVD peuvent aussi bien lire les DVD que les CD-ROM.

Comme les lecteurs de CD-RW, il existe aussi un lecteur de DVD-RW, qui permet de modifier ou écrire les données d’un DVD.
Le principe est le même, c’est-à-dire qu’on peut écrire sur un DVD-R et réécrire sur du DVD-RW.

Alors, certains graveurs de DVD ont la capacité de graver des DVD en double couche.

Dans ce cas, ont les appelles des lecteurs DVD-RW DL pour « Dual Layer ».

Les DVD double couche peuvent donc stocker deux fois plus de données qu’un DVD ordinaire. C’est à dire environ 8,5 Go de données.

Pour continuer, on va passer au « Blu-ray » qui est le dernier lecteur optique de sorti, depuis 2006.

Comme pour le DVD qui à remplacer le CD, le Blu-ray remplacera éventuellement le format DVD, en raison de sa capacité.

Le Blu-ray utilise un laser d’une précision plus courte que le DVD, ce qui lui permet de stocker beaucoup plus de données.

Car un disque Bluray standard peut contenir 25 Go de données, soit 5 fois plus qu’un DVD.

Et comme pour les lecteurs de CD et de DVD enregistrables, et bien le Blu-ray dispose lui-aussi d’un lecteur enregistrable, qu’on surnomme lecteur BD-R.

Quand au disque enregistrable, il se nomme BD-R et pour un disque réinscriptible, c’est BD-RE.

Comme on à dit plus haut, un Disque Blue-ray peut contenir 25 gigaoctets de données.

Et bien comme pour le DVD, il est possible de doubler l’espace disque, avec des disques double face, qui peuvent donc contenir 50 gigaoctets de données. Ce qui est énorme pour un disque.

On va maintenant revenir un peu sur les disques dure externe, qui est simplement un disque enfermé dans un boitier.

Ca devient donc un disque dur portable qui peut être connecté en externe à n’importe quel ordinateur à l’aide d’un câble USB.

Les disques durs externes sont principalement utilisés pour sauvegarder les données du disque dur interne d’un ordinateur, dans le but d’éviter la perte de données.

Un autre type de stockage amovible est ce que l’on appelle un disque SSD, qui rappelé vous, ne contienne aucune partit mobile.

Ce type de sauvegarde utilise des puces de mémoire pour stocker les données.  C’est ce qu’on appelle un lecteurs flash USB.

La clé USB est un périphérique de stockage miniature avec une interface USB.

Ce type d’équipement peut stocker jusqu’à plusieurs centaines de Giga-octets et leur taille est suffisamment petite pour tenir sur un porte-clé.

La clé USB est un moyen rapide et pratique de stocker des données lors de ses déplacements.

Passons maintenant aux cartes numériques, qu’on connait plutôt sous le nom de « SD » pour Secure Digital, qui est un type de mémoire flash tout aussi populaire.

Elles sont principalement utilisées dans les appareils photo numériques pour stocker les photos et les vidéos.

L’avantage c’est qu’il est très facile de récupérer ses données sur un ordinateur à l’aide d’un lecteur de carte SD.

.

Il existe d’autres types de cartes SD comme la mini SD et la micro SD.

D’ailleurs la carte micro SD est couramment utilisé dans la plupart des smartphones pour ajouter de l’espace supplémentaire.

On va maintenant voir un autre type de lecteur flash, qui est très utilisé dans les appareils photo numérique du type Reflex.

C’est la carte compact Flash.

Ce type de carte très compactes, permet un stockage rapide et facile des photos et vidéos dans les appareils photo numériques reflex.

Et puis, elles peuvent aussi être très facilement transférés vers un ordinateur à l’aide d’un lecteur de cartes.

Avant de terminer le cours, on va voir un autre type de carte qui n’est pas un standard.

C’est l’ancienne carte photo XD, ou les initiales signifie littéralement Extrême numérique.

C’était un type de carte propriétaire dans les appareils photo Olympus et Fujifilm.

Et on va terminer par la technologie « eMMC », qui signifie « contrôleur multimédia intégré » et qui est simplement une puce de mémoire interne, qu’on retrouve surtout dans les smartphones.

64Go SSD eMMC (mémoire Flash) inclus

Cette technologie permet d’etre étendue… C’est pourquoi on la retrouve principalement sur nos téléphone portable, couplé à une carte micro SD, pour étendre l’espace disque.

En gros, c’est une mémoire interne ou intégrée dans une tablette ou un smartphone. Ce n’est donc pas du stockage externe comme une carte SD.

Retrouver de nombreuses vidéos de cours sur la chaine Youtube Formip

Suivez le parcours CCNA sur le site Formip